Le Fort Central est situé comme son nom l’indique au centre du Fort.

Version basse definition © E.D.V.

Version basse definition © E.D.V.

C’était la plus grande partie du Fort et ce fut ensuite la partie la plus « Chaude » et sécurisée.

On y trouvait 13 Casemates de Tir, une tourelle Mougin (150 T) avec deux canons de 155mm (toujours présente sans ses canons), a coté de l’entrée: une caponnière de gorge avec son fossé diamant. Au centre un Casernement avec 21 chambrées et un étage avec canons sur le toit, une boulangerie, infirmerie, citernes, pompe, le tout pour 800 à 900 hommes.

Le casernement a disparu à 99%, il reste quelques vestiges sur les côtés.

A sa place un bâtiment en forme de U  nommé très originalement « U » ou était stockée, usinée , ajustées les pieces d’uranium appauvri, sous forme metal.

 

 

 

 

Salle de Tir , Fort Central ©E.D.V.

Salle de Tir , Fort Central ©E.D.V.

Tunnel de raccordement souterrain entre salles de Tir, Fort Central © E.D.V.

Tunnel de raccordement souterrain entre salles de Tir, Fort Central © E.D.V.

Le CEA a restructuré le « FC » en se basant sur les trois galeries souterraines, en transformant les salles souterraines en salles de tir,et en occupant des zones vides au départ par d’énormes salles de tir en béton surarmé (ferraillage 3D avec mailles de 5cm).

 

 

 

 

Salle de Tir TP3 , Fort Central © E.D.V.

Salle de Tir TP3 , Fort Central © E.D.V.

Au fur et à mesure de plus en plus de salles sont ajoutées et de véritables cathédrales de béton

Salle de Tir US, Fort Central © E.D.V.

Salle de Tir US, Fort Central © E.D.V.

vont naitre pour vénérer  Sainte Détonique.

Ici tout est détonique: on teste les théories et matériaux avec des explosifs très varies avec des milliers de combinaisons et variantes, on photographie, filme, radiographie afin de valider les pièces et éléments des engins atomiques.

Au début on tâtonne puis on intensifie et on automatise, on effectue jusqu’a 8 tirs par jours,

On a construit une vingtaine de salles de tirs sans compter des petites salles ou l’on effectuait des petites expériences (meme dans les couloirs)

De la bombe A à H:

On industrialise carrément les tirs, car on a tout a repensé et la précision devient forte, on tire avec de l’uranium naturel, appauvri, du béryllium (vital dans les engins) du tantale de l’inox du cuivre, du cadmium et… beaucoup de plomb, voir trop d’après les employés qui râlent a l’époque.

Puis les bombes sont maitrisé, progressivement , les explosifs, et matériaux connus dans leurs moindres comportements, et on effectue de moins en moins de Tirs à partir des années 9à on commence a faire un grand ménage et les plus gros déchets sont envoyés à Moronvilliers les autres plaqués…

 

 

Salle de Tir PJ, Fort Central, ©E.D.V.

Salle de Tir PJ, Fort Central, ©E.D.V.

Dans une Salle de Tir il reste encore les morceaux d’un tir effectué en dernier, les murs fraichement bardés de madriers de bois boulonnes aux murs,le sol en acier tout neuf.
comme un adieu, laissé la.

 

 

 

 

Aujourd’hui Placo est propriétaire du FC est investigue depuis une année les pollutions radiologiques, et curieusement au grand étonnement de celui-ci qui jouait l’ignorant jusque 2014, aligne aujourd’hui les mètres carres contaminés.

Le défrichage n’a pas commencé, le FC est pour le moment juste exploré, le CEA ayant indiqué que les pires pollutions sont ici.

 

Nous le disions depuis 2010 par l’intermédiaire de C. Nedelec, mais on nous prenait pour des fous et ca arrangeait tout le monde, le Fort pouvait se faire ferrailler au yeux de tous. Aujourd’hui nous en savons beaucoup, mais ils font toujours mine de l’ignorer, quand d’autres accidents surviendrons ils diront qu’ils ne savaient pas, encore une fois.

mais le temps doit encore passer, nous n’avons pas la meme échelle de temps.