De A à H

La réalisation de la Bombe A était un grand défis quelques années après la Seconde Guerre Mondiale pour les scientifiques français.

il fallut résoudre les problèmes de la métallurgie nucléaire, de l’amorçage neutronique et de l’onde de choc sphérique ( au moyen d’explosifs nouveaux)

 

A Vaujours, on a conçu l’implosion, avec des crayons, des feuilles de papier et des règles a calcul.

On y a pensé l’architecture de la bombe A.

Les essais du Sahara ont étés en grande partie préparés au CEV avec la métallurgie faite à B3 ( Bruyères le Châtel).

Quand le temps de la bombe H fut venu de part la pression des Américains, les choses se sont compliquées.

Ce n’était plus un travail d’ingénieurs seuls qui pouvait résoudre ce nouveau défi.

il fallait cette fois le concours des théoriciens !

Et ces futurs nouveaux engins allaient s’avérer beaucoup plus complexes, il allait falloir revoir la structure même de la DAM, et rationaliser les conceptions, est et fabrication et créer de nouveaux centres et équipés, une sorte de DAM 2.0

  • Le centre Limeil-Brevannes sera rattaché au CEA a cette époque et voué la l’experimentation et la théorisation de la Fusion Nucléaire ( Théorie)
  • Le centre de Vaujours sera complètement restructuré, de nouveaux bâtiments sortent de terre dans tous les coins. ( conception, essais explosifs)
  • On déménage le site des Essais d’Engins: on passe du Sahara au Pacifique
  • Le PEM s’agrandi ( essais froids)
  • Valduc prends en Charge la Métallurgie Nucléaire ( production, recyclage, maintenance)
  • Le Ripault prends en charge La fabrication des explosifs ( Production)